« 11 septembre 1937 | Lettre de Joë Bousquet à Poisson d’or | Accueil | Jean Follain | La pomme rouge »

12 septembre 2012

Commentaires


UN coup dans la morosité tranquille des souvenirs tus, une déchirure par où le plaisir étreint la souffrance.
l'instantané comme partage.
J'ai envie de lire d'autres textes...



tout le recueil ... j'ai envie de lire tout le recueil
sans réfléchir ... embarqué sur le navire de ces mots-là
je vais chercher l'ile
très vite

paul


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.