« Sylvie Fabre G. | [C’est un matin doux et amer] | Accueil | Franck André Jamme | [Tu viens souvent avec ton oiseau sur le poing] »

23 septembre 2012

Commentaires

Quelle étrange sensation... Cette pièce musicale, écrite par Arvo Pärt Spiegel im Spiegel pour piano et viole, me donne à entendre un enroulement de trois petites notes cristallines autour de ce poème de Jean-Philippe Salabreuil.
Un murmure, un silence, un recueillement.


"Un petit couloir de craie blanche
Sur le bord de l’eau bleue qui tremble..."


ou encore "la lune lointaine" clapotant sur l'eau-nuit de cette photographie qui allonge le temps de la lecture...


Plus que jamais s'unissent ici la poésie, la musique et l'image. Je les reçois simultanément comme les trois petites notes de musique de cet accord parfait qui tintinnabulent dans mes pensées.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.