« Danielle Fournier | Luce Guilbaud, Iris [lecture] | Accueil | Nathalie Riera | in angulo »

09 juin 2012

Commentaires


Avant le langage, pour l'enfant, expérience du monde accordée aux gestes simples de la mère dans l'intimité de la cuisine où mijote la tendresse.
Et pour la mère, paix et solitude douce venue des enfants encore endormis dans le silence de l'aube. Maternité émerveillée et ronde comme la lune.
Un poème simple et reposant comme le sourire d'une mère.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.