« Denise Desautels | La dernière rivière | Accueil | Nathalie Riera, Variations d’herbes [lecture] »

26 juin 2012

Commentaires


Tout ce silence en travail sous la parole. Il faudrait dissoudre ce qui fait mal aux mots, leurs griffes de douceur, les apaiser avec un regard aimé...



Merci, chère Angèle Paoli, de votre accueil chaleureux et amical.

Jacques Ancet



L'émotion derrière chaque mot, cette rythmique qui offre une respiration entre fragilité et souffle suspendu, j'aime ce voyage dans l'esprit...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.