« 1er mai 1786 | Création des Noces de Figaro de Mozart | Accueil | 3 mai 1948 | Gérald Neveu, Du même côté »

02 mai 2012

Commentaires


Je ne sais pas si ceci est un poème mais ce qui est écrit, ici, donne accès à la poésie, à l'art, à la pensée. Nous sommes dans un monde de fragments, surtout ici, sur internet et sur les Terres d'Angèle. Fragments, symboles d'un "autour", incitant au voyage, à la connaissance, à une lecture approfondie d'un ouvrage. Les fragments sont déchirures, lacérations, sélections ou restes de ce qui a été. Ils nous transforment en archéologue pour trouver d'autres fragments qui feront sens, langage. Le poème (en lien) de Paul Louis Rossi, comment le greffer sur cette méditation du fragment ? Il y a une violence dans le fragment, un tel inachèvement des mots.
Ici : "Un geste" : inciser un texte banal pour voir..; pour greffer peut-être autre chose des mots. Entendre ce que ça fait dans les yeux, voir ce que ça fait à l'oreille. Prendre le hasard pour aller à la rencontre. Dissocier, associer, prélever... reconstituer.
À la vérité le fragment nous introduit à l’angoisse de l’incomplétude et de la destruction, écrit P. L. Rossi. N'est-ce pas plutôt la réalité qui est fragmentaire et angoissante ? Et le poète songeur devant l'apparaître des choses ? un aveu d'obscurité, une approche à tâtons ? un retrait ? Il marche, patient, ignorant, nu, égaré, répandant sur le silence le calme de ses mots...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.