« Marie Ferranti, Une haine de Corse | Accueil | Jean-Philippe Salabreuil | Soleil d’esprit »

11 mai 2012

Commentaires


Les dieux ne font pas de bruit, invisibles dans le visible, clarté obscure de la lumière de minuit enfouie dans nos songes, matière de rêve, volatile, éphémère, noyau de feu intime, germe d'un silence de châtaigne.
L'écriture de Nohad Salameh nous conduit au seuil de cette indicible rencontre...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.