« Lionel Jung-Allégret | [J’ai vu les grandes digues au loin] | Accueil | George Oppen | Animula »

26 mai 2012

Commentaires


Quelle fidélité ! Celle de Nicolas Pesquès à son Juliau, celle de cette colline au poète et celle d'une chroniqueuse littéraire rare et patiente : Angèle Paoli. Intensité de deux regards croisés et de deux écritures : une sur la colline , l'autre sur l'écriture du poète.
La Face nord de Juliau, huit, neuf, dix.
Je n'oserais l'aborder - comme les précédents livres de N.P. - si je n'avais sous les yeux les notes de lecture d'A.P. C'est un bon éclaireur pour pénétrer dans ce sanctuaire...
Je pense aux variations perpétuelles de Bach où se seraient glissés des suspens, des syncopes. Pourquoi Nicolas Pesquès revient-il au Juliau ? Qu'est-ce qui l'a poussé à continuer cette série avec cet acharnement ? Pourquoi s'en écarte-t-il, tourne-t-il autour de lui, l'encercle-t-il ? S'il n'y avait pas de Juliau, il ne pourrait y revenir, ni s'en écarter... Cette colline, c'est une présence constante dans son regard, dans son écriture. Il bouge par rapport à elle, elle bouge par rapport à lui. Elle se métamorphose selon la lumière et les saisons, il fait de même. La colline passe à travers lui, il passe à travers elle...
On suit ainsi d'année en année la vie de la colline et la vie du poète.
Cette œuvre est donc fondée sur la reprise, sur la saisie et sur la perte, sur le surgissement de sa présence puis sur sa disparition quand un livre se ferme.
Qu'est-ce qui la structure ? Qu'est-ce qui est significatif ? Écrire cette série de dix livres, c'est avoir trouvé un rythme et l'imposer à l’œuvre entière. C'est aussi une méditation en action, une expérience intérieure d'une grande profondeur qui passe par les ravines de la mort, du doute, des grandes ombres de l'âme et du vivre.
Écrire, l'écrire... Exister dans l'acte d'écrire.
Voilà que Nicolas Pesquès est accueilli à nouveau par Angèle Paoli dans cette belle revue littéraire : Terres de Femmes pour le plus grand bonheur des lecteurs - dont je suis.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.