« 3 mai 1948 | Gérald Neveu, Du même côté | Accueil | Pierre-Albert Jourdan | [Ceci est ma forêt] »

04 mai 2012

Commentaires


J'ai ouvert tous les liens et lu la force de cette reconnaissance méritée.
Anise Koltz... Vladimir Jankélévitch... des interrogations gémellaires...
"Alternativement la pensée survole l'accident de la mort et glisse, sans le comprendre, sur un mystère qui est le néant de notre être et le rien de notre tout : le pourtour mystérieux du problème - voilà l'impensable par lequel notre pensée est réduite au silence."
Jankélévitch, La mort au-delà de la mort (chap. III), in La Mort, Flammarion, page 428 .

Sur ce silence, Anise Koltz lance les dés des mots...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.