« 9 avril 2011 | Sylvie Gracia, Le Livre des visages | Accueil | Dominique Sorrente | [je suis celle qui se voue à la flamme] »

10 avril 2012

Commentaires


Quel bonheur savoureux et drôle ! Francis Ponge... et le monde est là, palpable, sensuel, odorant, goûteux. Et il passe et repasse sur la langue, la tord et la rabote jusqu’à ce qu'elle vienne lumineuse dans ses copeaux de mots, jusqu’à ce qu'elle ouvre en nous son abîme et rende visible l’invisible du visible. Ça bruit, ça vient à l’oreille comme un battement de cœur. Abouchement érotique. Désir. Et ça fond sur la langue comme une figue ouverte en plein été...



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.