« Gilles Baudry | N’a de prix… | Accueil | Gilles Weinzaepflen | [Dire ce que l’on pense] »

14 mars 2012

Commentaires


"Une légende qui s'inverse contre la mer barbelée"... ainsi saigne cette coupure entre l'Afrique sub-saharienne et les pays du Maghreb, là où font escale les migrants poussés vers Utopia. Le désert et ses camps de réfugiés, sables rouges des roses incendiées. Des mots en caravanes où bat un rythme syncopé, répétitions comme le grondement sourd de vagues ou le piétinement d'une longue marche dans une poudre de terre aride. Bruits de cailloux. La main soigne la chair de l'homme, les mots soignent les cœurs blessés... Un poème qui en appelle à l'hospitalité. Oliviers, eau et pain... fraîcheur d'oasis... La Méditerranée est riche de cette écriture de braise où se rencontrent douleur, douceur, lumière nue et fraternité.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.