« 4 mars 1970 | Jacques Réda, Il s’est mis à neiger | Accueil | Gilles Baudry | N’a de prix… »

05 mars 2012

Commentaires


Je ne connais pas ces Fragments, mais je suis toujours sous le charme de son roman Engeland, dont l'intrigue se situe à Berlin... "J'avais besoin de voir l'aube se lever sur la mer, de redonner un fond blanc à ma vie", p. 149... "Comment pourrais-je croire à un destin ? J'ai l'impression d'être invisible à la vie.", p. 44... et entre ces mots profonds, toujours cet univers intrigant. Merci pour cette belle note de lecture, chère Angèle.



Je viens de finir Les Fragments. Votre lecture est des plus justes... Pierre Cendors est pour moi la découverte littéraire des ces dernières années. Un univers personnel très dense et une langue très protéiforme. Je me suis laissé envouter.
J'ai retenu aussi cette phrase extraite de L'Homme caché qui, à mon sens, traverse son oeuvre (je viens de finir aussi Adieu à ce qui vient) : "De quelle idée, suis-je la biographie ?". On pourrait rajouter "De quelle cité, suis-je la cartographie ?", tant la question du lieu est essentielle chez Cendors.

Merci pour cette lecture, Angèle.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.