« Christine Bonduelle | Impossible ça ne marchera pas | Accueil | Cécile A Holdban | À la fenêtre »

19 mars 2012

Commentaires

Orphée... Eurydice...

"― dans la combe creusée par ton départ
je n’ai pas assez d’yeux pour suivre l’heure
qui gravite et s’imprime
comme au cadran solaire."

Une mémoire murmurante... qui fait qu'on écrit... des poèmes ou de la musique...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.