« Pierre-Albert Jourdan, L’Entrée dans le jardin | The entryway into the garden | Accueil | Tahar Djaout | Erg »

24 février 2012

Commentaires


L'écriture poétique de Valérie Rouzeau entre dans mes yeux comme une matière sonore chaotique. Etrangement, je suis d'abord submergée par ce charriage de mots-pierres et puis tout s'apaise. La langue se pose, devient perméable. J'entre et j'entends une parole toute simple, toute frissonnante, comme mouillée d'eau lustrale, comme un être qui mettrait au monde la langue et s'en enroberait... C'est très beau.
"...Un flocon grain de grêle grêlon..."


""je n’ai plus de larmes, l’avenir c’est la vie.


l'encre frissonne
jette sur l'instant sa croyance
rêverie partagée aux fuites en avant

l'ultime rayon fracasse les mémoires
grève lente sur un sable insoumis
passagère tremblante des bourrasques de mots
tu t'agites comme un oriflamme à l'horizon des bizarres

""...Des ports de la mémoire….je n’ai plus de larmes, l’avenir c’est la vie. ""

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.