« Jean-Louis Giovannoni, Envisager par Tristan Hordé | Accueil | 6 janvier 1930 | Walter Benjamin, Rencontre avec Léon-Paul Fargue »

06 janvier 2012

Commentaires


Quelle juste mémoire ! quand se décante le temps passé à courir après le vent soudain un bonheur emplit le monde d'une couleur mémorable car elle porte en elle un chemin... paisible.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.