« Jacques Lovichi | Mort du Sultan des Asphodèles | Accueil | 5 décembre 2004 | Bernadette Engel-Roux, Aubes »

04 décembre 2011

Commentaires


Die erste Elegie
Wer wenn ich schriee, hörte mich denn aus der Engel
Ordnungen ? und geselzt selbst, es nähme
einer mich plötzlich ans Herz : ich verginge von seinem
stärkeren Dasein. Denn das Schöne ist nichts
als des Schrecklichen Anfang, den wir noch grade ertragen,
und wir bewundern es so, weil es gelassen verschmäht,
uns zu zertören. Ein jeder Engel ist schrecklich.

Première Elegie
Qui donc dans les ordres des anges
m'entendrait si je criais ? Et même si l'un d'eux soudain
me prenait sur son coeur :
de son existence plus forte je périrais.
Car le beau n'est que le commencement du terrible,
ce que tout juste nous pouvons supporter
et nous l'admirons tant parce qu'il dédaigne
de nous détruire.
Tout ange est terrible.
(...)
écrite le 21 janvier 1912, au château de Duino, près de Trieste.
Les Elegies de Duino -Traduction de Lorand Gaspar (éd. du Seuil)


Ce grand poète, qui a écrit de magnifiques poèmes en allemand, a également écrit environ 450 poèmes en français à la fin de sa vie, entre 1923 et 1926. Poèmes encore méconnus à découvrir ! Merci pour ce résumé des oeuvres principales et ces quelques lignes sur sa vie.



Merci Jeanne. On trouvera ces Poèmes en langue française dans l'édition Pléiade (Rilke, Œuvres poétiques et théâtrales, 1997), de la page 1075 à la page 1211.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.