« 29 novembre 1971 | Angelo Rinaldi, La Maison des Atlantes | Accueil | Terres de femmes n° 84 ― novembre 2011 »

30 novembre 2011

Commentaires


Un témoin rencontre d'autres témoins...
Uri Orlev, aidé de sa traductrice, a fait ressurgir ce temps de souffrance, de déchirures,d'horreur, vécu et consigné par l'adolescent rêveur - et lucide - qu'il était, dans le Ghetto puis dans ce camp de Bergen-Belsen, dans des poèmes consignés sur les pages d'un petit carnet.
Dans deux librairies, des hommes, des femmes, des adolescents l'ont écouté et témoigneront à leur tour.... Où commençait sa mémoire ?
Angèle Paoli écrit, ce soir, pour que la mémoire de cette belle et poignante rencontre reste et nous conduise vers les livres d'Uri Orlev. L'ancien a partagé son secret, et ce soir je lis ce billet émouvant qui rend compte de toute cette émotion partagée, des questions et des réponses qui se sont croisées pour que rien ne soit oublié mais pour que l'amitié et l'espérance lèvent comme du bon grain dans un monde où ce cauchemar ne pourrait se reproduire.
Aharon Appefeld dans Le Garçon qui voulait dormir (éditions de l'Olivier. Traduit de l'hébreu par Valérie Zenatti) raconte, également un adolescent de 17 ans - lui - et sa longue errance en Europe au sortir de l'enfer des camps - Erwin devenu... Aharon... Imre Kertész... Primo Levi... Anne Frank... Hélène Berr... ont écrit également l'horreur de ce temps pour les juifs et l'univers concentrationnaire, l'instinct de survie, le chagrin. Des paroles inaudibles avant que ces livres viennent jusqu'à nous.
C'est tellement important, tellement... Ne pas laisser l'oubli effacer ces années...



Merci Infiniment, Angèle ! Et merci Christiane aussi, pour votre commentaire. Sabine Huynh


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.