« Eugenio De Signoribus | microelegia | Accueil | Matthieu Messagier | L’automne a quelque mal à décrocher son été »

26 août 2011

Commentaires


"De temps à autre
les nuages accordent une pause
à ceux qui contemplent la lune"
Bashô

Vos lectures, Angèle, offrent cette pause dans la tentation d'aller vers tant de livres. Ici, pas de possession mais un accompagnement délicat de cette méditation en Trois huttes de Christian Doumet.
La pauvreté choisie de ces humbles abris semble aider à se défaire du désir de signifier, d'expliquer. Les bleus immenses et transparents de Patinir, les miroirs de Bashô, les solitudes de Thoreau. Cheminements à ciel ouvert, subtilement offerts par C. Doumet. Inachevable, inachevée, l'image-temps semble y devenir lumière, mémoire puis effacement.
Pensées fugitives, si légères au vent du soir... Merci pour cette pause de pure beauté.
J'irai à la rencontre de ce livre.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.