« Annie Salager | Le verre | Accueil | Juliette Zara | Énigme »

15 juillet 2011

Commentaires


Près d'un lac, dans les Hautes-Alpes, un lieu d'une beauté muette : Boscodon. C'est dans cette lumière frémissante que la mémoire éblouie de Sylvie Saliceti s'abandonne au mouvement de feu d'une écriture. Chant majestueux. Quête spirituelle et sensuelle étourdie d'été. Mots répandus dans le vent, les deux torrents, les forêts. Pulvérisés dans la douceur d'un paysage originel.
J'en retiens la plénitude, les ondoiements insaisissables. Bloc de lumière très pure. Ecriture intense, fracassée née de l'autre côté du silence, instinctive, déchirante mais aussi palpitante d'une joie vertigineuse, celle de la nomination amoureuse du monde.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.