« 16 juillet 1999 | Robert Marteau, Le Temps ordinaire | Accueil | 18 juillet 1898 | Giovanni Macchia, Zola : les photographies de l’exil »

17 juillet 2011

Commentaires


Ce texte est une perle, il me rappelle la légèreté profonde de l'extrait de Christian Dotremont (Ancienne éternité), lu par Ariane Dreyfus... Des décalages de syntaxe et de grammaire qui paradoxalement rendent le sens plus clair, ou plus fort... merci Angèle.



Même sensation que Martine (que je ne connais pas) d'une écriture agile forgée à l'encre souple et solide. Le genre de texte qui donne envie de s'asseoir devant une page blanche. Je ne dis plus merci, je viens dire bonjour !


Très touchant de sincérité, et cela me rend presque muette !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.