« Isabelle Garron | Suite 4 | Accueil | Valérie Rouzeau | Nous nous serions perdus »

24 juin 2011

Commentaires

Chrysalide vide dont Maura Del Serra tient le fil de soie... comme on approche d'un oiseau, doucement, de peur de le faire fuir.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.