« Annette Luciani | La Corse, l’enfance | Accueil | Camille Loivier | Ombre d’un seul nuage »

21 juin 2011

Commentaires


ça parle vrai dans une nomination intermittente et intranquille. Regard empli d'effroi ou de fatigue. Un soi entre deux mondes comme un impossible, dispersé. Comme d'étouffer en soi. Dilution... délitement. Abandon à l'essaimage. Incertitude divergente de l'inachèvement. Renoncement à être. Oubli.
Comme un solitaire migrant vers un rien. Des paroles se froissent et s'espacent...
Envoûtant...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.