« Étienne Faure | Les soirs d’été au pas des portes | Accueil | Dominique Sorrente | Écueils »

12 juin 2011

Commentaires


C'est tellurique bouleversant renversant !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.