« 26 juin [1954] | Philippe Jaccottet, L’Ignorant | Accueil | Claude Bruno-Durocher | Chemin de couleur, 4 »

27 juin 2011

Commentaires

Oui, complètement d'accord et cela... sans fin.

Bien à vous.

Excellente idée de remettre en lumière l'œuvre de Pontiggia — Le Jardin des Hespérides est une leçon de lecture, le roman Le Joueur invisible aussi passionnant que son titre, et Pontigia a été bien servi par ses traducteurs. De belles traductions à lire également dans la revue Conférence.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.