« Muriel Stuckel | Le risque de la poésie | Accueil | Sophia de Mello Breyner Andresen | Mar »

11 mai 2011

Commentaires

Ne trouvez-vous pas que c'est à ces plantes qui grimpent au mur que l'on reconnait plus puissamment le mariage gréco-latin du vert et du bleu?

Oui, Émilie, vous avez raison. Merci pour cette belle remarque qui est davantage encore qu'une remarque: une approche poétique forte. Qui donne aussi à penser.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.