« Denise Le Dantec | Où quand --------------- | Accueil | Notes Laura Fiori de Martin Ziegler, par Déborah Heissler »

22 mai 2011

Commentaires


Ouvrir l'écume des silences rassemblés par une lettre fécondante. L'Aleph est muet et pourtant il s'est fait entendre dans une présence faite d'absence. Ecouter les poètes quand il n'y a plus rien à entendre. Alors les mots rayonnent... parole de vivant... mouvement d'herbe sur l'eau bleue.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.