« Jean-Pierre Faye | Anne Slacik | Sertão III | Accueil | Jacques Garelli, Fulgurations de l’être »

08 mai 2011

Commentaires


Cette lettre est très touchante, le sentiment y est diffracté par le prisme de l' hypersensibilité ; et merci pour tous les liens , l'article du Matricule des Anges est passionbant aussi... bonne nuit douce.



Cette tendresse et ce silence, cette confiance pour entrer dans un secret où certaines voix sont comme un clair-obscur, une discrétion délicate... un silence.
=< sur YouTube : William Carlos Williams, Pioggia , traduzione di Cristina Campo, letta da Domenico Pelini.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.