« Natsumé Sôseki | Au milieu du printemps | Accueil | Marc Alyn | Proses de l’intérieur du poème »

08 avril 2011

Commentaires


Elucider le paysage mental d'où il vient, capter sa lumière, s'évider jusqu'à entendre les mots de soi, c'est pour Franck Venaille aller vers l'origine, l'adhérence intime. Ecrire, aller vers l'autre lumière des choses, à contre-courant du soleil avec obstination. Mais aussi une douleur comme une corrosion de la joie dans ce vivre, ce clair-obscur de sable et de ciel d'eau, cette vibration blanche et grise où il joue son délitement dans les mots semés au vent, cerné de silence, fragile et énigmatique...



"…le plat-pays hollandais, un des berceaux de l’abstraction, qui nous permet d’affirmer que le paysage, le naturel dans le fond, est une invention humaine, et que son observation peut aboutir à une figuration abstraite de la réalité."

=> Suite

Amicizia

Guidu___


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.