« Nohad Salameh | Les nudités premières | Accueil | Herberto Helder | [Je lève les mains] »

11 avril 2011

Commentaires


Très beau texte d'une douceur émouvante où l'expérience poétique de la langue permet à Primo Levi d'inverser le cours de l'histoire. Ses mots cherchent racines dans un arbre de vie, celui de la parole. Migration solaire venue de si loin et baignant les rives de la Méditerranée. Cette parole qui porte la terre... respiration tranquille et rêveuse qui ne se définit que par rapport aux hommes. Elle s'ouvre sur la voix intérieure, sur un silence où s'échangent les voix vives du passé. Parole et histoire se frôlent dans cette nuit de sang où est née cette voix comme un retour vers la lumière avant le grand renoncement...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.