« Khaled Mattawa | Chant du cœur | Accueil | Poésie en Compagnie | Trois veillées poétiques à Paris »

24 février 2011

Commentaires


Pour traverser la faille...

"Tu fais jaillir les eaux du coeur de tes montagnes
Elles cheminent par les failles de leurs flancs
pour venir abreuver les animaux des champs
et apaiser le soif des ânes du désert.
Des passereaux s'abritent sur leurs rives.
Entre les frondaisons chantent leurs voix.
De tes hauteurs tu abreuves les monts,
la terre s'assouvit de la pluie de ton ciel.
Pour le bétail tu fais croître les herbes
et les plantes des champs pour les humains.
Ils en tirent le pain qui fortifie les coeurs,
le vin qui réjouit, l'huile qui vivifie,
illuminant les faces."

Psaume 104 (v. 10 à 15)

(Je ne sais par qui celui-ci a été traduit de l'hébreu... mais j'en retrouve l'attente dans ce poème si beau de Israël Eliraz.)



Je ne sais pas non plus, Christiane. Il suffirait de rechercher de quelle Bible provient le psaume (TOB, Jérusalem, Chouraqui, Septante, Segond...). A première vue,la traduction ne me paraît pas assez recherchée pour être celle d'André Chouraqui.
En tout cas, merci d'avoir osé me proposer ce psaume, très beau, dont Eliraz a su préserver l'esprit. C'est assurément une grande voix que la sienne.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.