« 7 février 1935 | Léon Trotsky, Journal d’exil | Accueil | Mathurin Régnier | Satyre XIV »

08 février 2011

Commentaires


Juste magnifique. Bravo, Merci.

Angèle, souvenez-vous, ma grand mère était une "Pleureuse"…
Amicizia
Guidu___


On reconnaît l'arbre à ses fruits, dit-on... Un moment émouvant en écoutant son petit-fils, Mathieu Chedid "M" (dont Andrée Chedid fut la parolière de plusieurs chansons). A partir du repère 11:11, il l'évoque et évoque sa famille, sa "tribu" et la poésie. C'est subtil et beau...
Elle écrivit cette longue semaison dans Fraternité de la Parole :
" Craquant ses carapaces [...] la femme des longues patiences/ se donne lentement le jour" (12) et c'est pour elle après tant de semailles le temps où le blé lève...
"Le rêve de l'homme existe/Promet la saison du rire et des herbes/[...]/La danse de l'homme existe/naîtra de lèvres en lèvres/Pour que cesse l'attente." (Seconde vie d'Icare, 87)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.