« 4 décembre | W.G. Sebald, Les Émigrants | Accueil | Pierre-Alain Tâche | La mer, si vous voulez »

05 décembre 2010

Commentaires


Cette poésie-là, poésie de la présence me touche infiniment. Elle me rappelle une phrase de Bonnefoy : "Il faut, autrement dit, réinventer un espoir. Dans l'espace secret de notre approche de l'être, je ne crois pas que soit de poésie vraie qui ne cherche aujourd'hui, et ne veuille chercher jusqu'au dernier souffle, à fonder un nouvel espoir."
Être, espoir, présence... merci pour ce très beau texte.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.