« | rouge | | Accueil | 13 décembre 1991 | Mort d’André Pieyre de Mandiargues »

12 décembre 2010

Commentaires

pourquoi marcher en poésie fait pleurer le mot étreint?
Le mot pleure quand il est plein, mais avons-nous jamais su consoler son poète?
Avons-nous jamais su embrasser la main qui dessine l'absolu?
Avons-nous jamais su étreindre ce cœur de dieu?


Une écriture très belle, épurée, étrangeté d'un thème de l'adieu qui ressemble à une rencontre.
Merci pour cette découverte.



Grazie per questo omaggio al grande Milo De Angelis. Grazie per l'eccellente traduzione ad Angèle Paoli. Un abbraccio affettuoso a tutti voi..



L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.