« Terres de femmes ― sommaire du mois de novembre 2010 | Accueil | 2 décembre 1814 | Mort du marquis de Sade »

01 décembre 2010

Commentaires

Quelle douceur...

Beau!
De qui sont les superbes dessins?
SD


Très beau, tant en allemand qu'en français...
Veiller avec nous, peut-être pas si sensuellement toujours:), là j'extrapole, mais... veiller avec nous, faire attention à la présence des uns et des autres, avoir des précautions les uns pour les autres, veiller au respect, aux mouvements, aux paroles de nous... oui, j'extrapole, mais c'est ce que ce poème a évoqué en moi... Belle journée...



Du même compositeur et musicien :
http://www.youtube.com/watch?v=Q_6epNGcdhc&feature=fvw

La musique que vous avez choisie... il me semble entendre le chofar des grandes solitudes...
Des dessins si purs, un poème bouleversant, ces deux langues, l'histoire d'Erich Fried... Il se passe ici comme un voyage initiatique qui conduit de la mer aux étoiles... en passant par la douleur et la douceur mêlées.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.