« Jacques Fusina, Écrire en corsepar Angèle Paoli | Accueil | 20 novembre 1978 | Patrick Modiano, Rue des Boutiques Obscures »

19 novembre 2010

Commentaires


Comme c'est beau cette naissance de la voix humaine et son cheminement d'eau ! Comme c'est émouvant cette attente de la naissance prodigieuse du langage, de ces mots si difficiles à poser sur toute feuille de mémoire. Patience.
Ici, sur les terres d'Angèle Paoli, un grand vivier de mots qui s'échappent pour remonter les torrents vers les lieux d'ensemencements, de transmission.
Et tous, comme farios se mirent dans les photographies de Guidu, immense et silencieux marqueur de l'indicible.
(La promeneuse au bord du torrent).


MOTS DURS BILLET DOUX

Le commencement
En est-il un
La pluie ne cesse
Que quand l'oiseau devient fontaine
Qui pleut à rebours
Le regard clair
Et le mollet troublant
L'étincelle d'un cil
Au milieu de la brume
Qui fait jouir la nuit

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.