« 23 novembre 1861 | Mort de Salvatore Viale | Accueil | Dominique Buisset | Quadrature »

24 novembre 2010

Commentaires


Cet homme m'impressionne. Cette écriture m'impressionne. Il a usé les mots jusqu'à s'en faire le traducteur en poésie. Traducteur de mots usés. Docteur Faust de ce monde de paroles vieillissant. Et ça dure depuis si longtemps ... et voilà que la terre lui livre son secret. Et voilà que les plantes et les eaux, les bêtes lui prêtent souffle. C'est comme des petites coques de lettres qui s'ouvrent et les mots tout mouillés d'eau lustrale naissent. C'est beau. ça me touche. C'est bien cette écriture. Je crois qu'il est contagieux et qu'à Marseille d'autres fadas des mots teintent la ville en bleu d'arc-en-ciel. Quelle joie !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.