« 10 novembre 1549 | Mort d’Alessandro Farnese | Accueil | Jean-Damien Roumieu, L’Or et la Cendre »

11 novembre 2010

Commentaires


Comment une Amiénoise resterait-elle insensible au bel hommage que tu rends à saint Martin, surtout quand tes mots gourmands prennent le parfum des vendanges !
Merci Angèle pour ce beau texte.



Chère Nathalie, j'ai évidemment pensé avec émotion à notre saint Martin amiénois. Il est ancré de manière indéfectible dans ma mémoire; il est aussi présent ici dans l'île. Une façon pour moi de tisser des liens secrets du nord au sud et du sud au nord.

Un grand projet européen se dessine pour remettre à l'honneur tous les lieux de passage de ce grand marcheur. Lieux de partage aussi, bien sûr. N'est-ce pas ce que nous faisons, aussi, chacune à notre manière ? Merci de ton amitié fidèle.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.