« Michaël Glück, «cette chose-là, ma mère…» | Accueil | Yves Bonnefoy | Donner des noms »

08 octobre 2010

Commentaires


J'aime beaucoup ce "concentré de plomb douze onze dix", extrême du vol s'élevant... C'est ,oui, ce que nous vivons sur cette terre, et c'est bien de le dire ainsi en poésie, dommage que ce monde ne taille pas la part plus belle à cette voie de partage, merci Mr Cattafi, merci Angèle,

Martine

P.S. : un peu tristounet, mon billet doux, mais, enfin, réaliste ?


Votre billet m'avait donné envie de lire ce beau livre. Je peux enfin le faire et offre à la marcheuse des chemins, en remerciement, un de ces poèmes :

CHEMIN

« Toi qui coules à mes côtés
comme une eau fidèle le long du chemin
de loin en loin tu redresses les paysages
des visions tordues
aux choses tu imposes
une douce clarté
et l'énigme est résolue
toute dans un fil
le chemin allongé. »


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.