« DiptYque entre les mains de l’ombre (par Nathalie Riera) | Accueil | W.H. Auden | None »

09 août 2010

Commentaires

Cette phrase "qui n'a pas de fin" et qui s'enroule au long de cette confidence (Magnifique exploration en lien, d'Angèle), cette phrase bouleversante où l'être se fend en deux pour se dire un, cette phrase, elle aurait pu ne pas être s'il n'avait pas écrit. Je n'aurais pas su alors comme elle m'aurait manquée...


Juste ce mot pour remercier Angèle Paoli pour les beautés et la douceur de son site et aussi pour connaître les références de la musique qu'on y entend.
Merci de m'avoir fait découvrir des poèmes si forts si touchants.


Bonsoir Philippe,

Ci-après les références de la musique que vous entendez :

http://www.youtube.com/watch?v=ugXQAQd7mFM

Bien cordialement

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.