« Antonio Gamoneda | La lumière bout derrière mes paupières | Accueil | 21 juillet 1955 | Jean Malrieu, Lettre à Jean-Noël Agostini »

20 juillet 2010

Commentaires

Comme ce poème et cette musique sont bienfaisants...

Oui, ma chère Christiane, j'ai choisi ce poème pour cette raison. Car la poésie de Franck Venaille est plutôt noire, dans son ensemble. La maladie le ronge et seule l'écriture lui permet de dépasser les maux auxquels il est quotidiennement confronté.
Mais il peut être aussi canaille, Franck Venaille, et... insoumis. C'est un grand poète qui mérite que nous nous attardions à sa parole et à ses mots.
Et puis, j'ai une tendresse particulière pour cet homme du Nord, attaché aux paysages de l'Escaut que j'ai eu tant de mal à apprivoiser.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.