« Dominique Sorrente | Pays sous les continents | Accueil | Michèle Dujardin | Naissance »

04 juin 2010

Commentaires

Une qui a consenti à ces temps de silence, de solitude, de méditation, de retrait pouvait exprimer ce déploiement de beauté offert par le voyage poétique de Méditations de lieux. Une qui a su plonger dans l'intime de soi pouvait rejoindre l'enfouissement en leur écriture de Claude Ber et de Joëlle Gardes et les écouter. Une qui écrit pouvait par l'écriture traduire cette lecture. Une qui capture dans ses photos la beauté de son île pouvait magnifier la création d'Adrienne Arth. Car le recueillement vaut la part de soi-même qu'on y a mise, épreuve de vérité. C'est leur expérience croisée du désert, du dénuement, de la dépossession pour s'enraciner dans la profondeur qui les relie, les yeux ouverts sur l'invisible. Un livre que j'ai hâte de lire, un billet que j'ai lu lentement.
Il y a de la contemplation dans la vie des moines, il y en a dans la vie de ces lettrées et de ces artistes.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.