« Les lois de l’hospitalité Le billet de Nestor | Accueil | Fabio Pusterla | Caparìca »

04 mai 2010

Commentaires

A voir vos visages dans l'encart-photos qui est inclus dans le livre je sens une joie évidente de la rencontre. A lire ces pages je suis émue, émue qu'une création de ce niveau puisse sourdre d'un travail de groupe. Comme ça doit être difficile de se dépouiller de sa souveraineté pour écouter l'autre, lire l'autre, répondre à l'autre, accepter que la voix de l'autre pénètre en votre espace intérieur et rencontre votre parole et lui donne envie d'éclore loin de vos refuges habituels. C'est un immense pari : la rencontre, le vivre ensemble, le don et l'accueil. C'est tellement à contre-courant des repliements de notre temps. C'est... magnifique ! chapeau les poètes !


Merci Christiane pour cet écho.

Le collectif, par les temps qui galopent, et qui plus est, en poésie, est un exercice de funambules...
Et nous sommes simplement heureux quand nous pouvons offrir un peu de ces gestes qui nous aident à vivre.
Tout cela, bien sûr, ne tient qu'à un fil ! Merci donc à vous de nous accompagner dans cette "souveraineté limitée" qui a la table et les rires amis insulaires pour meilleurs alliés.



Pour toute commande de l'ouvrage, s'adresser au :
Scriptorium de Marseille
16, Bd Cieussa
13007 Marseille
poesiescriptorium13@gmail.com

Scriptorium
Portrait de groupe en poésie
Éditeur : BoD
Année : février 2010
ISBN : 978-2-8106-1803-3
252 pages
Prix : 18 €

BON DE COMMANDE (cliquer ICI)


    Sans modération, merci...
    il n'y a plus que le silence qu'il faut taire (en soi) pour écouter L'Autre...



Merci, Dominique, pour cette attention. Je lis, en ces jours, L'espace littéraire de Maurice Blanchot (Folio essais). Un Chapitre – « L'œuvre et la communication » – permet d'approcher la double expérience de la solitude de la création et de la joie de son partage, de son dessaisissement (p. 266). Je vous offre ces lignes qui sont une clé de votre démarche :
« ... il faut que l'œuvre achevée lui échappe, échappe à celui qui l'a fait, s'achève en l'écartant, s'accomplisse dans cet "écart" qui le dessaisit définitivement, écart qui prend précisément alors la forme de la lecture. »
Expérience que vous évoquez, également, dans votre Avant-propos (p. 8) :
« Si rares aujourd'hui sont de tels instants où les chemins de mots se croisent et se rapprochent, s'entrechoquent et se répondent ; si précieux, ces moments "obtenus" où les phrases s'en vont à l'air libre hors de toute propriété confinée et se rejoignent pour faire advenir un sens imprévisible et lumineux. »
Belle et longue vie à votre caravane ! Ce livre est très puissant.


Je viens de laisser quelques petites questions sur le site du Scriptorium car vraiment votre expérience, approchée par ce livre, m'intrigue.
Bien amicalement à vous tous, chers extra-terrestres !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.