« Dialogues avec l’erreur Le billet de Nestor | Accueil | 24 mars 1996 | Claude Esteban, Les ronces m’ont déchiré »

23 mars 2010

Commentaires


Blessure, amour, plainte : " Sans voix la nuit , elle écoutait. Rien. Le vent. La chute du vent sur la pierre en l'absence du vent. Comme accoutumé à l'obscurité ".
L'écriture, dont les traces manquantes préfigurent nos fragiles espaces, nos précaires moments.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.