« 24 mars 1996 | Claude Esteban, Les ronces m’ont déchiré | Accueil | Orée | Limitare | Soglia »

25 mars 2010

Commentaires

Veramente bello è sempre un piacere di leggere delle cose del genere!!!
Ciao' da Avignone
Sèrgi G.

Magique poème. Merci pour la traduction. L'éclair au front est fugitif. Spacieuse lumière étale comme la mer pacifiée. Se souvenir de ce royaume éphémère quand surviennent les orages du coeur et leurs désastres sombres...


Une merveille, ce texte. Le silence bruissant, oui...
Merci,
Amitiés marseillaises, Angèle
Syl


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.