« Vénus Khoury-Ghata | Compter les poteaux | Accueil | Terres de femmes ― Sommaire du mois de mars 2010 »

31 mars 2010

Commentaires

De fait, nous ne sommes jamais (ou rarement) accordés au même point du sentier, et encore moins à celui du cheminement que nous avons engagé au plan personnel.

Aimer ? C'est gratuitement hors champ... ce poème chante juste.

MC


La poète québécoise, Anne Hébert, a écrit dans Le Temps sauvage... je cite l'essentiel de mémoire, sans réfléchir, ses mots qui sont entrés en moi pour s'y graver :

... il est toujours ou trop tôt ou trop tard pour quelqu'un...

Cet après-midi, dans le métro lyonnais, je songeais au poème que vous venez de divulguer... à mon piètre commentaire... quand le Québec m'a fait ce clin de l'œil posthume... il m'a semblé que je devais venir le partager ici... ???


MC

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.