« Carole Darricarrère | Ulysse (Joyce remixed) | Accueil | Françoise Clédat | Quoi de toi mort quand mort ? »

26 février 2010

Commentaires


"Les beaux livres sont écrits dans une langue étrangère", écrit Proust... Ce poème est l'écriture de celle qui longtemps n'a pas trouvé les mots. Elle est sortie de ce silence, blessée, meurtrie. Qui la comprendrait ? Qui la traduirait ? Qui lui rendra sa voix humaine ? Qui veut l'entendre ? Qui la chantera ? Comme on entend les vagues, les arbres et le vent. Musique secrète d'un être fragile... passerelle... Cristal d'eau... rencontre des mots qui font vaciller. Froissements de langue. Parfum de terre. Insaisissable. Vivante. Ecriture inconnue de ses marches...



Ce poème sera publié dans l'anthologie Calendrier de la poésie francophone 2011 (Alhambra Publishing, Bertem, Belgique)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.