« Lucetta Frisa/Toccata settima | Accueil | Vénus Khoury-Ghata | Les cheveux rouges de la mère »

18 février 2010

Commentaires

remarquable ! c'est du Lautréamont contemporain !

Bonsangnesauraitmentir

Quelle rage splendide, je m'y retrouve!


Un saisissement, ce texte. De ces découvertes qui bousculent... Quant à la comparaison avec Lautréamont, l'auteur devrait la recevoir tant "il me semble bien que Les Chants de Maldoror sont ceux que nous n'avions jamais eus : l'Épopée de la Poésie." (G. Robin)
Merci pour ces instants de partage, Angèle.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.