« Hamlet ou l’impossible choix Le billet de Nestor | Accueil | 24 février 1815 | Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo »

23 février 2010

Commentaires


quelle puissance dans ce duo, ce répons entre la femme et l'enfant et ses mots à lui, d'une poésie à la fois accomplie et brute, je n'en reviens pas !!!



Quel étrange cerf-volant... Qui tient le fil qui limite son vol ? Est-ce l'enfant ? Est-ce la femme ? Les mots claquent au vent, abrupts. Désirs d'espace dans ce vide du coeur barbelé. Fragiles, retenus. Un rien d'absence dans l'entre-deux de la terre et du ciel. Ils se lisent et s'enchevêtrent, le langage en témoigne. Empreinte du vent. Leurs mots nous regardent et la douleur coupe le fil de l'inhabitable. Le secret monte haut dans ce ciel de "Couleur femme". Quel Printemps arbitraire...



Ariane Dreyfus a enregistré ce poème pour l'émission d'Aline Pailler, Jusqu'à la lune et retour sur France Culture, diffusée le samedi 6 mars à 19h30.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.