« 10 décembre 1921 | Anatole France, Prix Nobel de Littérature | Accueil | 12 décembre 1821 | Naissance de Gustave Flaubert »

11 décembre 2009

Commentaires


À Rodica qui affûta ma langue de départ

Sur l’essence des bannis

Nul ne sait qu’à Timisoara
il y a moi et crôa : le vol
d’un aspic harnaché de la tête
au piédestal à peines, aboli !
Je mérite un rail d’indignation
vers Stuttgart et ses flocons
de cierge, et promets aux feuilles
mortes : LA LIBERTÉ !
À la gare je rencontre Lazare ;
il me donne ses mains à peine
tachées ; je les lave, les repasse et les passe
- elles me vont comme une gangue,
décorent mon statut de banlieue européenne :
prêtes à ressusciter les mots.
Le flic ubiquiste me demande :
- Carte de séjour !
- Il fait nuit ? (je comprends très vite que les
Lumières ne sont visibles qu’au travers d’un prisme abstrait)
- Pas de carte pas de vers, pas de vers pas d’espoir.
Il me passe des menottes, me blesse ;
quelques gouttes incolores
perlent de mon doigt ;
j’ôte mes veilles mains et lui crie :
« Ceci sera ton sang ! » Je m’enfuis – toujours belle - en bêlant.
Combien de frontières me faudra t-il franchir
Avec pour seul poème des lettres mortes
Qu’aucune feuille - alerte - n’accepte ?


j'aime ! un univers d'écriture étrange et familier à la fois...

Une femme respectée et respectable.
Une auteure qui n’a pas la langue dans sa poche.
Une voie à suivre, telle la Grande Ourse.
Voilà ce que tu es. Voilà ce que tu écris.
Continue d’être qui tu es.
S’il te plaît, sois cette guide des âges, des seuls, des perdus.
Guide-les dans ce voyage littéraire et spirituel.
Comme tu m’as guidée.
Je te dis Merci et à bientôt.


Je suis heureuse de pouvoir enfin lire ta poésie, toi qui lis si souvent la mienne !
Heureuse et enthousiaste car je l'aime tant que j'aime la relire encore.
C'est difficile vois-tu de dire pourquoi on aime un poème ou un texte, alors qu'on trouve facilement les mots pour dire qu'on n'aime pas. Donc "j'aime" un point c'est tout...



Cet exil dans un pays où bat le tam-tam, au réveil, fait danser les os du fleuve les plus muets et les forêts encore vierges de douceurs s'ouvre à tout bon explorateur de vers... L'une de mes naissances, donc le signe renouvelé de mon astrologie s'arc-boute sur le jour où je suis apparu sur les doigts de ta main. Ecrire comme, avec, et pour toi allaite le rêve.Ton poème, un immense jardin de fleurs, un tam-tam qui rassemble tous les folklores d'Afrique...Tu es POETE.



Merci pour ce magnifique poème qui fait rêver, voyager et oublier le quotidien... C'est une vraie pause, un rayon de l'est dans une journée brumeuse de travail. J'adore  !
Merci de me faire voyager et de me faire voir mille couleurs par les mots.


Magnifique! Cette poésie est pleine de sensibilité, de nostalgie.
Un regard jeté par dessus l'épaule, le coeur serré, une larme qui coule peut-être. Et finalement une naissance ou une renaissance.
Merci pour ces mots, merci pour ta poésie.

Félicitations à Rodica Draghincescu! J'aime sa poésie. J'aime son style, j'aime sa sensibilité, j'aime son talent!

Merci pour ce poème!


et cette Vie partie et restée, née, vécue et tant re-demandée tant l'acide des souvenirs remontent à leur surface(s)
tout le texte est bouleversant d'enfance accrochée dont "on" ôte les petits doigts retenus sur une poupée ou aux bras d'une nounou qui s'éloigne s'éloigne ...
tant de frontières-barrières-frayeurs-terreurs de la petite enfance qui comme des cris qui ne s'éloignent jamais suffisamment loin, habitent encore et toujours ton âme et ton corps et te les rendent si beaux et si forts !!!
Merci pour ce texte que je viens de recevoir en plein ventre, en plein coeur, Merci Rodica !


Draga Rodica,

poemul tau vine intr-un moment destul de greu pentru mine intrucit aici comunismul /totaliralismul e in floare atita vreme cat fiica mea e amenintata cu moartea in lumea afaceristilor rezultati dintr-un comunism cum nu a mai fost in niciuna dintre tarile ex-comuniste, iar eu sunt amenintata cu excluderea din Uniunea Scriitorilor Romani doar pentru ca am avut curajul de-ami exprima parerea cu privire la ... ,,o sursa "...

A chacun, à chacune sa recherche d'un ailleurs
Merci à vous, Rodica

o doamne rodi, ce bine le zici!!! ma ung la inima. cu inima parca ai scris.stiu ca asa faci.scrii cu sufletul tau.carnea poemului striga asa de dureros de frumos. tu esti frumoasa si ai o fiinta asa de frumoasa. je t`adore. daniela

Cette femme magnifique m'a bouleversée pour longtemps.

Merci pour ce poème, Rodica Draghincescu !

Niculina Oprea
Bucarest


Mon Dieu, Rod, tu le dis vachement bien !!!!!! directement au coeur, c'est avec le coeur que tu as écrit.
c'est ta manière à toi de t'exprimer, de gratter ton ame pour la poésie.
la chair de ton poème crie douloureusement divine, crie, crie........
tu es belle comme ton être, ton être est beau comme toi.
je t'adore.
daniela


Force, talent, originalité, courage et sensibilité à la fois. J'ai beaucoup aimé; surtout les licences poétiques.

Merci à Rodica, merci à Angèle.


Oui, la poésie de Rodica est magnifique... je suis restée sous le charme et sans mots la première fois que j'ai lu un de ses textes, c'était Blé Blanc, et c'était il y a quelques jours ; restée sans mots car emplie de ses mots, forts, simples, donc prenant en "otage" notre voix intérieure comme pour la libérer, subtils et troublants aussi par la forme, pour nous déboussoler afin que nous relisions, relisions, et encore, jusqu'à embrasser leur trame.
Merci, Rodica, merci Angèle.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.