« Béatrice Machet/Un autre jour... la vie | Accueil | Sylvie Durbec/Pour García Lorca, te quiero verde »

25 décembre 2009

Commentaires


Pour qui l'a vue et entendue, comment croire que ce petit lutin, haut comme trois pommes, avec ce sourire coquin, abrite des mots si terribles venus du profond de sa vulnérabilité ?
Écriture imprévisible d'une glaneuse de ce monde. Émouvant.



Oui, Christiane, c'est vrai. Ce poème est émouvant et celle qui l'a écrit l'est aussi. J'ai hésité à le mettre en ligne, à cause de la tristesse qui s'en dégage. Je me suis dit ensuite que cette évocation de Noël, à cloche-pied, comme toujours chez Valérie Rouzeau, était inattendue et originale. Je suis heureuse que vous soyez venue semer vos grains dans les pas de notre fauvette. Merci à vous.



Ce vendredi 05 mars 2010 à 18h30, la Médiathèque municipale Jacques Thyraud de Romorantin vous invite à rencontrer Valérie Rouzeau. Valérie Rouzeau évoquera la figure de Sylvia Plath dont elle vient de traduire Ariel publié aux éditions Gallimard, et lira des poèmes de Quand je me deux (voir ci-dessus).

Site Internet : http://www.mediatheque.romorantin.com


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.