« 23 novembre 1920 | Naissance de Paul Celan | Accueil | Myriam Montoya | J’irai encore »

24 novembre 2009

Commentaires


Première fois que j'ose écrire sur votre blog, j'ai tendance à sacraliser la belle écriture, ayant peur de l'encombrer d'un commentaire inutile ou inapproprié... Mais, grâce à vous, j'ai découvert Ophélie Jaësan, d'abord en lisant Iceberg memories, un récit troublant dont on récupère les cicatrices dans l'encrier... Ensuite en découvrant son recueil La Mer remblayée par le fracas des hommes dans une librairie cachée au cœur d'un petit village de montagne... Je l'ai ramené dans mes bagages... tandis "que le vent déplace lentement les flocons de neige le long des routes"
Merci pour ces rencontres "Couleur femme", je retiens également les mots de Johal, question d'inclinaison, certainement...
Belle journée.

PS L'URL d'Alix a été rajouté par le Webmestre de TdF.


En réponse, Alix, votre propre commentaire (disparu) sur Le trou de la prière (disparu) de Johal :
"Tout est dit, mais le plus dur reste à faire, trouver la juste dédicace... car tout va s'effacer et la vie se perdre... Il faut recenser les signes à l'usage du temps..."

Cù l'amicizia
Pace è salute


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.